Théâtre des Quartiers d’Ivry

road_vous_etes_ici
Accueil > Le Théâtre > Archives > Roméo et Juliette
A- A+

ROMÉO ET JULIETTE

WILLIAM SHAKESPEARE | MAGALI LÉRIS

03 > 30 JAN 2011 / Théâtre d’Ivry Antoine Vitez

Durée : 2h40




JULIETTE – Ô Roméo, Roméo, pourquoi es-tu Roméo ?
    Renie ton père et refuse ton nom,
    Ou si tu ne veux pas, fais serment de m’aimer
    Et je cesserai, moi, d’être une Capulet.

ROMÉO – Nomme-moi "amour" et je serai rebaptisé.
    Dorénavant, je ne serai plus Roméo.


William Shakespeare écrit Roméo et Juliette en 1595 : l’histoire d’un couple de très jeunes amants dont la passion est contrariée par les luttes de leurs familles ennemies et que le destin va précipiter vers la mort. La pièce est une des plus connues de son auteur, une des plus romanesques, une des plus poétiques, une des plus simples aussi, on y trouve également des scènes de comédies très enlevées, qui apportent un contrepoint parfait à la tragédie.

Roméo et Juliette est le récit d’une grande histoire d’amour tragique qui se déroule en seulement quatre jours. C’est un ton jeune, impatient, ardent, passionné, fougueux, à l’image du sang bouillonnant dont parle Juliette et qui coule dans les veines de son personnage.
Doit-on jouer Roméo et Juliette comme on vit à 14 ans, c’est-à-dire vite ?
Peut-on jouer Roméo et Juliette comme on vit à 15 ans, c’est-à-dire dans un sérieux bouleversant ?
Nourrie de la rapidité avec laquelle la fable se noue, je vais travailler sur une mise en scène dépouillée, axée sur une direction d’acteurs très poussée, donnant une place essentielle au corps, dans un décor unique. Et puis je ferai comme si je racontais l’histoire pour la première fois, comme si je ne savais pas comment finit l’histoire, comme si tout était possible. Il s’agira de trouver dans la qualité du jeu, une expression très fine, très subtile de l’« ici et maintenant » que contient la pièce. Je ferai un Roméo et Juliette qui vivra avec un pouls rapide certes, mais sans agitation vaine, sans ignorer les temps suspendus, aériens, lents du poème. Avec des corps impatients, qui auront le goût des abîmes, des corps d’adolescents fiévreux. Roméo et Juliette me fait invariablement penser qu’aujourd’hui, bien des jeunes gens vivent des amours aussi violemment contrariés, à cause de leurs familles ennemies, de leurs peuples ennemis, ou de leur difficulté à vivre la réalité.
Magali Léris

CRÉATION

mise en scène

Magali Léris
nouvelle traduction
Blandine Pélissier

scénographie
Yves Collet

costumes
Cidalia Da Costa
perruques et maquillage
Sophie Niesseron
lumière
Bruno Rudtmann

son
Jacques Cassard

assistants à la mise en scène
Isabelle Cagnat et Arnault Mougenot
construction décor
Jipanco
régie générale
Anne-Marie Guerrero
régie lumière
Emmanuel Gary
régie son
Frédéric Schmitt

avec
Grégoire Baujat
Eddie Chignara
Stéphane Comby
Christophe d’Esposti
Benjamin Egner
Clovis Fouin
Marc Lamigeon
Fanny Paliard
Christophe Reymond
Aude Thirion
Cassandre Vittu de Kerraoul


Coproduction : Cie aux Arts etc., Théâtre des Quartiers d’Ivry, Théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi, ARCADI (Action Régionale pour la Création et la Diffusion en Ile-de-France).
Avec le soutien du Théâtre Jean Arp de Clamart, du Pôle Culturel d’Alfortville et de la DRAC Ile-de-France au titre de l’aide à la production dramatique.
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National.
Mécénat : Société Econom.
Production déléguée : Aux Arts etc. Production exécutive : Prima Donna (Paris) www.prima-donna.fr

ROMÉO ET JULIETTE

WILLIAM SHAKESPEARE | MAGALI LÉRIS

03 > 30 JAN 2011 / Théâtre d’Ivry Antoine Vitez

 


RENCONTRE
vendredi 14 janvier
à l’issue du spectacle
avec l’équipe artistique du spectacle 

 

EVENEMENT
Moi et Shakespeare Petite fantaisie historique créée par Nigel Hollidgeà découvrir le samedi 15 janvier 2011 à 17h au Studio Casanova

ROMÉO ET JULIETTE

WILLIAM SHAKESPEARE | MAGALI LÉRIS

03 > 30 JAN 2011 / Théâtre d’Ivry Antoine Vitez

Une version nerveuse, moderne et pleine de vie.
S’appuyant sur la nouvelle traduction très percutante de Blandine Pelissier, la metteur en scène Magali Léris propose une version nerveuse, moderne et pleine de vie. La scénographie d’Yves Collet, superbe et dépouillée rend hommage à "West side story". Faite d’échafaudages, tout y est rectiligne et froid, c’est une prison dont les barreaux empêchent toute liberté. Pris au piège, les personnages n’ont plus qu’à se battre entre eux, se déchirer, s’aimer, mourir et pleurer. Pariscope

Une mise en scène fluide, précise et virevoltante.
Grâce à une remarquable fluidité du jeu théâtral et à une structuration de l’espace, la mise en scène parvient à restituer toute la fougue et les élans de la jeunesse, toute la puissance équivoque de l’amour et toute l’amère violence de la tragédie. La nouvelle traduction de Blandine Pelissier vise à faire entendre l’humour du grand William et actualise la langue. Le spectateur le moins averti connaît ici la fin de l’histoire mais cette fulgurante histoire d’amour, qui naît et meurt en quatre jours seulement, connaît rarement une intensité et une vivacité aussi convaincantes, aussi vraies. La Terrasse

Magali Léris met en avant l’intemporalité de Shakespeare.
Magali Léris joue sur l’éternelle jeunesse de Shakespeare. Elle utilise à merveille sa langue crue, son humour égrillard, son phrasé cru pour donner un spectacle audacieux en diable. En lieu et place des rues étroites de Vérone des échafaudages représentent les maisons des deux familles ennemies, d’où sortent les protagonistes prêts à jouer du mot et du couteau.
On est ainsi dans une sorte de West Side Story, dans un monde d’ados décidés à mordre dans la vie comme dans un fruit interdit. Le parti pris donne un rythme endiablé à la pièce. La nouvelle traduction de Blandine Pélissier rend le texte encore plus nerveux. Marianne

L’irréductible jeunesse.
Magali Léris a utilisé avec profit la vitalité de sa bande d’acteurs qui se démènent avec ce mélange de dérision, de nonchalance et de susceptibilité ravageuse qui caractérisent les sorties de lycée. Un décor d’échafaudage permet de multiplier les plans de l’action et offrent aux personnages la possibilité de jouer de la légèreté de leur âge, de gravir sinon des montagnes, du moins au balcon de Juliette. Blandine Pélissier qui a réalisé une nouvelle traduction a su, sans facilités ou vulgarités, trouver les mots les plus agiles et modernes qui se font entendre au milieu de ce désordre bien maîtrisé. Le Journal du Dimanche

Shakespeare hissé haut, très haut!
Sous la houlette de Blandine Pelissier, la traduction de "Roméo et Juliette" est jeune et impertinente. La mise en scène de Magali Léris est ardente et audacieuse. La distribution est remarquable. Le tout est superbe. Du grand Shakespeare! Les Trois Coups

Revisité avec fraîcheur.
Magali Léris a choisi ici de nous présenter un "Roméo et Juliette" extrêmement stylisé. C’est une réussite puisque la précision dans la direction d’acteur et l’utilisation de l’espace font de la pièce un bloc d’émotions. Les comédiens sont tous excellents, une Juliette qui fait vibrer d’émotion et un Roméo dévastateur. La traduction est sur mesure, le langage de la jeunesse est réinventé. Un spectacle qui mêle deux genres avec une intelligence rare du texte et de l’espace scénique. Théâtrorama

ROMÉO ET JULIETTE

WILLIAM SHAKESPEARE | MAGALI LÉRIS

03 > 30 JAN 2011 / Théâtre d’Ivry Antoine Vitez


Compagnie Aux Arts etc. / http://prima-donna.fr

 

Du 9 au 20 novembre au Théâtre Jean Arp de Clamart

Du 26 au 28 novembre au Théâtre Jean Vilar de Suresnes

Les 3 et 4 décembre au Théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi

Le 11 décembre à La Ferme Bel Ebat à Guyancourt

Le 5 mars à L’Avant-Scène à Alfortville

Le 8 mars au Théâtre de Cachan

Dossier du spectacle

Revue de presse