THÉÂTRE
30 mars — 2 avr

Arthur et Ibrahim

Amine Adjina

1h10
© Géraldine Aresteanu
© Géraldine Aresteanu
© Géraldine Aresteanu
© Géraldine Aresteanu
La Fabrique — Salle Adel Hakim
  • mar 30 mar 20h00
  • mer 31 mar 20h00
  • jeu 01 avr 19h00
  • ven 02 avr 20h00

Arthur et Ibrahim sont inséparables à l’école. Jusqu’au jour où le père d’Ibrahim annonce à son fils qu’il ne peut plus jouer avec son ami parce que celui-ci n’est pas arabe. Les deux garçons imaginent alors une expérience inédite afin de sauver leur amitié : la transformation d’Arthur en arabe.

Poussant loin le processus, trop loin, jusqu’à l’accident, les deux enfants bouleversent la logique immuable des adultes et leurs stigmatisations culturelles. Par le prisme du regard des enfants, innocents et téméraires, Amine Adjina fait de la cour de l’école son terrain de jeu, son laboratoire, où le communautarisme fantasmé du père d’Ibrahim et l’incompréhension de la maîtresse et de la mère d’Arthur sont renvoyés dos à dos. Déconstruisant les stéréotypes identitaires à travers un texte brut et humoristique, cette expérience théâtrale revendique la relation individuelle comme seule manière constructive d’aborder l’altérité. Avec le but d’en faire... un cas d’école ?

« J’ai puisé dans ma propre histoire ( jeune français d’origine algérienne) pour écrire ce texte. Et de ce qu’Abelmalek Sayad nomme la double absence pour construire la figure du père et son impossible ancrage à un territoire. Il n’est ni de là-bas (Algérie) parce qu’il n’y est plus, ni d’ici (France) parce qu’il ne s’y sent pas chez lui. Il vit dans un fantasme qui est une bulle, qui empêche l’appartenance à un territoire. L’endroit de la souffrance se situe exactement au niveau de cet empêchement : l’impossible appartenance à une terre. » Amine Adjina

texte et mise en scène Amine Adjina
avec Mathias Bentahar, Romain Dutheil, Kader Kada, Anne Cantineau et la voix de Xavier Fagnon
collaboration artistique Émilie Prévosteau
scénographie Maxime Kurvers
lumière et régie générale Azéline Cornut
son Fabien Alea
costumes Majan Pochard
régie lumière Olivier Modol
régie son Olivier Fauvel

production La Compagnie du double coproduction La Scène nationale de l’Essonne - Agora-Desnos, Le Tarmac – La scène internationale francophone, L’Estive – Scène nationale de Foix et de l’Ariège, Le Théâtre de la Passerelle–Scène nationale des Alpes du Sud soutien Fonds SACD Théâtre, Association Beaumarchais–SACD, ADAMI, Fonds d’Insertion pour Jeunes Comédiens de l’ESAD – PSPBB aide DRAC Centre-Val de Loire, Région Centre-Val de Loire résidence Théâtre de Choisy-le-Roi scène conventionnée pour la diversité linguistique, La Halle aux Grains - Scène nationale de Blois, Le Théâtre de la Passerelle – Scène nationale des Alpes du Sud, La Scène nationale de l’Essonne - Agora-Desnos et le Tarmac – La scène internationale francophone