ORATORIO THÉÂTRAL
6 — 11 avr

Celle qui habitait la maison avant moi

Rasha Omran - Henri Jules Julien

durée estimée 1h10
Le Lanterneau
  • mar 06 avr 20h00
  • mer 07 avr 20h00
  • jeu 08 avr 19h00
  • ven 09 avr 20h30
  • sam 10 avr 18h30
  • dim 11 avr 16h00

Combien de femmes seules croisons-nous tous les jours ? Que se passe-t-il dans l’intimité de leur logement ?

Rasha Omran, poète syrienne exilée au Caire, nous plonge dans les journées d’une femme seule dans son appartement qui sent la présence de celle qui y a vécu avant elle. Elle nous dévoile les échecs amoureux, le sentiment de perte, la peur des souvenirs qui s’effacent, en arabe sur une scène vide, évoquant le vide de l’appartement et la sensation d’isolement.

Sur cette scène dénudée, deux autres femmes, deux autres voix, lui font écho en français. Autant de figures de cette ancienne habitante, fantôme ou fruit de son imagination, qui la renvoie sans cesse à sa propre solitude.

« Je suis exilée de mon pays. Les autorités m’ont ordonné de quitter la Syrie. Mais je vis dans un pays qui ne m’est pas étranger (l’Égypte), ni dans la langue, ni dans la coutume, ni même dans l’humeur des gens. Le concept d’exil, je crois, s’accompagne généralement d’un sentiment d’aliénation. Je ne me sens pas aliénée en Égypte. Je ne me sens pas étrangère. Mais si j’avais été dans mon pays à cet âge, aurais-je écrit sur ma solitude ? Je n’en suis pas sûre. J’ai tendance à penser que non. Ce recueil pourrait donc être inclus dans la poésies de l’exil. » Rasha Omran

  • Création TQI

texte Rasha Omran
mise en scène Henri Jules Julien
avec Rasha Omran, Nanda Mohamad, Isabelle Duthoit
traduction Mireille Mikhaël et Henri Jules Julien
lumière Christophe Cardoen

production Haraka Baraka coproduction CCAM scène nationale de Vandœuvre-les Nancy, Athénor centre de création musicale de Saint-Nazaire soutien Studio Emad Eddin Foundation - Le Caire