THÉÂTRE
27 — 30 mai

Je suis encore en vie

Jacques Allaire

durée 1h
Éric Legrand
Le Lanterneau
  • jeu 27 mai 19h00
  • ven 28 mai 19h00
  • sam 29 mai 18h00
  • dim 30 mai 16h00

S’inspirant du combat et du meurtre de Nadia Anjuman, poétesse et journaliste afghane battue à mort par son mari, Jacques Allaire compose une fable de l'enfermement, une ode sensible et sensitive à l'émancipation.

Voilée, meurtrie, contrainte à étudier en secret, soumise à la force et à l’horreur d’une dictature religieuse et domestique, Anissa Daoud incarne tout en retenue cette femme maintenue en vie par son rêve de liberté. Nadia Anjuman devient le symbole, au-delà de sa terrifiante destinée, de toutes celles et de tous ceux qui sont pris dans les rets des dispositifs d’asservissement.

Pas un mot ou presque, pas de dialogues en tout cas : l’auteur et metteur en scène a choisi le mutisme pour exprimer l’indicible violence. Dans un silence habité de sons, de musique et de bribes de paroles, on est porté par la puissance de la présence des comédiens. C’est une expérience à la fois intense et intime, physique et poétique.

Avec Jacques Allaire, l’engagement est un état d’être, une urgence nécessaire. Il élabore un spectacle profond, original et exigeant. Une parabole insoumise, un poème visuel.

Un spectacle muet de Jacques Allaire
Très librement inspiré de la vie de Nadia Anjuman poétesse afghane battue à mort par son mari et de Syngué Sabour de Atiq Rahimi (prix Goncourt)

Avec Jacques Allaire et Anissa Daoud
Scénographie Jacques Allaire en collaboration avec Norbert Richard
Son Jacques Allaire et Stéphane Monteiro
Lumière Norbert Richard

production Le TARMAC, La scène internationale francophone coproduction Théâtre du Beauvaisis – SN de l’Oise en préfiguration, Théâtre Jacques Coeur – Commune de Lattes.
Avec le soutien DRAC occitanie.

Spectacle lauréat de la Commission Nationale d’Aide à la Création du Centre National du Théâtre –
Section Dramaturgie Plurielle.