THÉÂTRE
19 — 20 déc

Les serpents [ANNULÉ]

Marie NDiaye – Jacques Vincey

durée 1h40
Christophe Raynaud de Lage
Christophe Raynaud de Lage
Christophe Raynaud de Lage
Christophe Raynaud de Lage
La Fabrique — Salle Adel Hakim
  • sam 19 déc 19h00
  • dim 20 déc 15h00
  • dim 20 déc 19h00

Un 14 juillet, une maison isolée derrière un champ de maïs. À l’intérieur un homme surveille ses enfants. Sur le seuil, trois femmes : Madame Diss, la mère de l’homme, venue lui demander de l’argent, France, la femme de l’homme, et Nancy son ex-femme. Elles ont plus de choses en commun qu’elles ne le croient : entre dépendance affective, peur de l’abandon et désir d’ailleurs, elles sont prisonnières de cet homme qui ne sort pas mais dont la présence toxique se fait sentir à chaque instant.

L’écriture puissante et délicate de Marie NDiaye n’effleure pas, elle mord. Les images qu’elle crée, à l’instar d’un conte psychologique, se répandent dans nos veines et dans nos sens. En adaptant cette pièce à la fois réaliste et mystérieuse, Jacques Vincey interroge les femmes, leurs peurs et leurs désirs enfouis, et surtout, les démons qui les dévorent...

LA PRESSE EN PARLE

Toute La Culture
"Jacques Vincey monte Les serpents de Marie NDiaye et c’est un choc esthétique.
Il inaugure une mise en scène minimaliste et magnifie le texte [...]. L’expérience du spectateur par la force hypnotique de la dramaturgie est d’abord littéraire. Puis affective et instructive
."

Sceneweb
"Le metteur en scène s’empare de la pièce en eaux troubles de Marie NDiaye. Conte contemporain qui réveille, sans s’en contenter, le mythe de l’ogre, elle constitue une partition complexe, mais de choix, pour Hélène Alexandridis, Bénédicte Cerutti et Tiphaine Raffier."

La Terrasse
"Dans une mise en scène de Jacques Vincey, Hélène Alexandridis, Bénédicte Cerutti et Tiphaine Raffier font siffler Les serpents de Marie Ndiaye. Elles donnent à entendre la grande intelligence de ce conte cruel et fantastique"


De la cour au jardin
"Ce spectacle envoûtant est de ceux qui ne laissent personne indifférent, de ceux dont on parle longtemps après être sorti de la salle."

« Marie NDiaye écrit une pièce dans laquelle les différents genres se télescopent, se superposent et s’entrelacent pour nourrir une atmosphère rare de reconnaissance et d’étrangeté. Ces trois femmes nous sont familières : Mme Diss, France et Nancy oscillent entre peur et nécessité du lien, dépendance affective et affranchissement, désir de liberté et culpabilité de l’abandon. Elles sont réunies autour d’une absence, d’un creux, d’un vide : cet homme tapi au cœur de la maison contamine sournoisement leurs relations et ravive les blessures primordiales, les pulsions archaïques, les terreurs enfantines. » Jacques Vincey

  • Création saison

texte Marie NDiaye
mise en scène Jacques Vincey
avec Hélène Alexandridis, Bénédicte Cerutti, Tiphaine Raffier
dramaturgie Pierre Lesquelen
scénographie Mathieu Lorry-Dupuy
lumière Marie-Christine Soma, assistée de Juliette Besançon
son Alexandre Meyer et Frédéric Minière
costumes Olga Karkinsky
perruques et maquillage Cécile Kretschmar

production Centre dramatique national de Tours – Théâtre Olympia coproduction Théâtre National de Strasbourg , Théâtre des Îlets – Centre dramatique national de Montluçon